cabinet d'avocats au service du sport et des athlètes sportifs depuis 1973
Paris 2024

Jeux Olympiques

JO

Slider

Processus de sélection pour les Jeux Olympiques

Ajouté le, vendredi, 27 mai 2016 12:20

 

Comment se déroulent les sélections pour les Jeux Olympiques ?

Peut-on contester une non sélection ?

Tentatives de réponse dans ce nouvel article de notre ABéCéDaire.

 

 

 

La sélection aux Jeux Olympiques se différencie des autres sélections en équipe nationale, qui sont du seul ressort des fédérations sportives. En effet, dans le cadre des JO, les Comités Nationaux Olympique et le Comité International Olympique (CIO) ont un rôle important à jouer.

Pour les JO de Rio 2016, l'ensemble des qualifications a débuté dès le printemps 2014.

Le processus de sélection pour les Jeux comporte quatre étapes.

1ère étape (achevée)

Le CIO établit et publie, en relation avec les fédérations internationales, les règles d’accès à la compétition.

2ème étape (achevée)

Pour la France, les grands principes de sélection ont été validés le 16 avril 2014 par le Bureau exécutif du CNOSF et ont été communiqués aux fédérations olympiques.

Ces règles de sélection doivent être communiquées par les fédérations aux athlètes concernés.

Une Commission Consultative de Sélections Olympiques (CCSo) a également été mise en place. Elle est présidée par Jean-Luc Rougé, vice-président du CNOSF en charge du haut niveau, et est composée de Francis Luyce, chef de mission des JO de Rio, et de représentants du CNOSF, du ministère des Sports, de l’INSEP, de l’Association des directeurs nationaux et de la Commission des athlètes de haut niveau (CAHN) du CNOSF.

Ses principales missions consistent à étudier les règles de sélection des fédérations et à coordonner le projet olympique.

La CCSO vérifie les sélections, qui seront ensuite validé par le Bureau exécutif du CNOSF. Le CNOSF procède à l’engagement définitif des sportifs.

3ème étape (de fin avril au 13 juillet 2016)

La CCSO vérifie que les sélections, proposées par les fédérations, respectent bien les critères établis.

La Commission se réunira quatre fois d'ici au 13 juillet :

  • 25 avril : canoé-kayak slalom, cyclisme sur piste, escrime individuel, natation eau libre et plongeon, tir, voile ;
  • 7 juin : athlétisme marathon/marche/épreuves combinées, canoë-kayak course en ligne, badminton, cyclisme route F/BMX/VTT, escrime équipes, natation course et synchronisée, gymnastique rythmique, trampoline, haltérophilie, judo, lutte, natation course et synchro, pentathlon, taekwondo, tennis de table, triathlon ;
  • 28 juin : athlétisme, aviron, boxe, escrime équipe, waterpolo, tennis, tir à l’arc ;
  • 13 juillet : athlétisme, basket-ball, cyclisme route H, équitation, football, golf, handball, rugby, taekwondo, volley-ball, beach volley.

Le Bureau exécutif du CNOSF est chargé de valider ces sélections

4ème étape (au plus tard le 18 juillet 2016)

Le CNOSF procède à l’engagement définitif des athlètes auprès du CIO.

Au-delà de cette date, seul le remplacement sur dossier médical est autorisé.

Au-delà, un sportif peut-il contester sa non sélection ?

Les juges considèrent qu’ils ne sont pas compétent pour apprécier le bien fondé d’un choix purement sportif.

Cependant, ils peuvent procéder à un contrôle de légalité sur la forme de la décision. Ainsi, sera vérifier que les règlements fédéraux, dès lors qu’ils stipulent des critères objectifs de sélection, ont bien été respectés par la Fédération.

Ainsi, si une Fédération ne fixe aucun critère pour procéder aux sélections, elle semble recouvrer une totale liberté dans ce choix.

Quelques jurisprudences :

08.04.2013, CE, Fédération Française des Sports de Glace, n° 351735 : Les décisions prises par une fédération sportive sur la sélection d'un sportif dans l'équipe nationale sont prises dans le cadre des prérogatives de puissance publique dont cette fédération est investie et présentent le caractère d'actes administratifs relevant de la compétence de la juridiction administrative.

18.02.2013, CAA Paris, Marie-Calixte c/ Fédération Française des Sports de Glace, n°11PA01618 : Il appartient au juge administratif "de s'assurer que les décisions concernant notamment la sélection des athlètes aux compétitions sportives internationales ne sont pas entachées d'erreur de droit ou de fait ou de détournement de pouvoir". "Il n'appartient pas eu juge administratif de se prononcer sur l'appréciation à laquelle s'est livrée la FFSG dans le cadre de l'examen des critères de sélection" (performances sportives et capacité à évoluer au sein d'une équipe sportive).

28.12.2005, TA Cergy-Pontoise, ord., Dambier, n° 0511346 : Pour considérer qu’il existe un doute sérieux quant à la légalité de la décision de la Fédération de nature à justifier sa suspension, l’ordonnance relève que le directeur des équipes de France était incompétent pour convoquer les patineurs à un test supplémentaire de sélection (compétence propre du directeur technique national), que la FFSG ne pouvait organiser un tel test moins d’un mois avant le début des championnats d’Europe et, enfin, que le test s’était déroulé dans des conditions irrégulières.

26.04.2006, CAA Paris, N°03PA01136 : "Considérant que si, lorsque le juge administratif connaît des actes pris tant par les arbitres et les juges des compétitions à caractère sportif que par les organes des fédérations en cette matière, ni l'application des dispositions techniques propres à chaque discipline, ni l'appréciation des performances des participants ne peuvent être discutées devant lui, il lui appartient d'exercer son contrôle sur le respect des principes et des règles qui s'imposent aux auteurs de tout acte accompli dans l'exercice d'une mission de service public".

15.03.1999, CE, Fédération Française d'Athlétisme, n°168150 : "Considérant qu'il résulte des dispositions de l'article 17 de la loi du 16 juillet 1984 que les fédérations sportives agréées qui ont reçu délégation du ministre chargé des sports ont seules compétence pour procéder aux sélections des équipes nationales en vue des compétitions sportives internationales, notamment olympiques ; que la commission nationale du sport de haut niveau, créée par l'article 26 de la même loi, n'est pas habilitée à déterminer la composition desdites équipes ; qu'il ressort des pièces du dossier que la FEDERATION FRANCAISE D'ATHLETISME, au nom de laquelle a agi son directeur technique national, a estimé qu'elle disposait seulement d'un pouvoir de proposition, et que la commission nationale du sport de haut niveau était, selon les termes de la lettre litigieuse, "décisionnaire en ce qui concerne les sélections olympiques" ; qu'ainsi elle a méconnu l'étendue de sa compétence ; qu'il résulte de ce qui précède que la FEDERATION FRANCAISE D'ATHLETISME n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Paris a annulé sa décision".

25.05.1998, CE, Fédération Française d'Haltérophilie, n°170752 : "si, pour la désignation des athlètes admis à participer aux championnats d'Europe, la fédération pouvait tenir compte d'éléments autres que ceux fondés sur les performances sportives, il ressort des pièces du dossier que la décision de ne pas sélectionner Mme Y... n'a pas été motivée par des considérations à caractère sportif, mais a été prise à seule fin d'infliger une sanction à l'intéressée à la suite de ses déclarations publiques sur le comportement d'un dirigeant de la fédération ; que, dans ces conditions, ladite décision est entachée de détournement de pouvoir".

22.02.1991, CE, Fédération Française de Natation, n°102775 : "Si la Fédération française de natation avait fait connaître au début de l'année 1988 les performances minima qu'elle prendrait en considération pour la sélection au titre des jeux olympiques de Séoul, elle n'a commis aucune erreur de droit en ne sélectionnant pas les requérantes dans la discipline du relais 4 X 100 mètres nage libre dames, alors même qu'elles auraient accompli ces performances, et en tenant compte d'autres éléments d'appréciation, notamment de la régression de leurs résultats sportifs au cours de l'année".

 

Lu 5744 fois Dernière modification le jeudi, 17 novembre 2016 01:14

Recherche juridique

derniers articles juridiques

GRILLE LISTE

Jeux Olympiques 2018 : confirmation de la suspension par le Tribunal Arbitral du Sport pour le curleur russe Aleksandr…

Fév 22, 2018
Le Comité International Olympique (CIO) et la World Curling Federation (WCF) ont formé une demande devant la Division antidopage de la Chambre ad hoc du Tribunal Arbitral du Sport (TAS), délocalisée…

Forum International du Sport - 2ème édition - Les défis du sport 2018

Fév 20, 2018
Les 21, 22 et 23 mars 2018, la 2ème édition du Forum International du Sport est organisée à Limoges, à l'Ester Technopole, pour analyser les grands enjeux du monde du sport.

Football, finance and the law - La régulation financière dans le football professionnel

Fév 16, 2018
Les 2 et 3 mars 2018, se tiendra à Liège (Belgique) une conférence sur les problématiques de régulation financière dans le football professionnel.

JO de PyeongChang : le TAS rejette l'appel des athlètes et entraîneurs russes

Fév 09, 2018
Le 1er février 2018, le Tribunal Arbitral du Sport avait annulé les sanctions prononcées par le Comité International Olympique à l'égard de 28 athlètes russes soupçonnés d'avoir bénéficié du système…

Conseil Constitutionnel : l'absence de séparation des fonctions de poursuite et de jugement de l'AFLD est contraire à…

Fév 02, 2018
Selon décision du 2 février 2018 ( n°2017-688), le Conseil Constitutionnel, saisi d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), a déclaré l'article L. 232-22 3° du Code du sport contraire à…

Jeux Olympiques d'Hiver : Ouverture de la division d'arbitrage ad hoc du Tribunal Arbitral du Sport

Jan 31, 2018
Le Tribunal Arbitral du Sport a ouvert sa division d'arbitrage ad hoc en vue des Jeux Olympiques de Pyeongchang du 9 au 25 février 2018.

6th AIAF Congress in Lausanne - Footballers' Contracts Making them & Breaking them

Jan 25, 2018
L’Association Internationale des Avocats du Football organise la sixième édition de son Congrès Annuel les 18 et 19 septembre 2018 à Lausanne (SUISSE). Le Congrès aura lieu à l'Olympic Museum.

Forum SportColl, 2ème édition, 6 - 8 février 2018

Jan 25, 2018
Le Forum SportColl aura lieu du 6 au 8 février à la Sud de France Arena à Montpellier.

SIGA Sport Integrity Forum - Rome - 30 Janvier 2018

Jan 23, 2018
La 3ème édition du SIGA Sport Integrity Forum aura lieu le 30 janvier 2018 à Rome. Le Forum traitera, entre autres, des sujets suivants : la corruption du sport, la propriété des clubs, les…

Selon la CEDH, le système de localisation des sportifs ne viole pas l'article 8 de la CESDH

Jan 18, 2018
La Cour Européenne des Droits de l'Homme estime, dans un arrêt n° 48151/11, en date du 18 janvier 2018, que l'État français, en imposant un système de localisation aux sportifs, ne viole pas…

MàJ - Conseil de l'Europe : le rapport de la député Anne BRASSEUR sur le mode de gouvernance de la FIFA

Jan 16, 2018
Madame Anne Brasseur, parlementaire européenne, a rendu un rapport relatif à la "bonne gouvernance dans le football" réalisé pour le compte de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).…

E-sport : le gouvernement délivre les premiers agréments

Jan 10, 2018
Le 5 janvier 2018, le Ministère de l'Économie et des Finances et le Secrétariat d'État chargé du Numérique ont agréé les sociétés GamersOrigin, LDLC Event et l'Olympique Lyonnais pour l'emploi de…
Contact :

15 Blvd Richard Lenoir
75011 Paris
France

Tel 33 (0)1 48 05 15 66
Fax 33 (0)1 43 57 99 18

nous contacter

 

NEWSLETTER

Suivre l'actualité juridique en droit du sport en vous abonnant à nos newsletters gratuites : 

   - "L'Avocat du sport" (version française)
   - "L'avocat du sport" (version anglaise)

 

S'Abonner

 

 

Nous avons 1525 invités et aucun membre en ligne