cabinet d'avocats au service du sport et des athlètes sportifs depuis 1973
Paris 2024

Jeux Olympiques

JO

Slider

Football : un club relégué ne peut pas réduire le salaire d'un joueur sans son accord

Ajouté le, mardi, 16 février 2016 15:11

La Cour de cassation, par un arrêt du 10 février 2016, vient préciser que les clubs, bien que relégués, ne peuvent pas réduire la rémunération de leur joueur sans leur accord exprès. Cette décision remet donc en cause l'application de l'article 761 de la Charte du football professionnel.

 

Retour sur les faits et la procédure…

Le 31 mai 2007, le FC Nantes engage un joueur professionnel.

Le 21 juin 2009, le Club informe son joueur que compte tenu de la relégation en Ligue 2, sa rémunération prévue ne pourrait pas être maintenue et qu'elle serait donc revue à la baisse sauf en cas d’opposition de sa part.

Le courrier recommandé du club daté du 24 juin 2009 est présenté à son destinataire le 29 juin 2009, lequel n'a contesté la baisse de sa rémunération que plus d'une année plus tard le 21 juin 2010 auprès de la LFP, soit manifestement hors délai.

Le 20 novembre 2011, le joueur saisit le Conseil de prud'hommes de Nantes pour obtenir la condamnation de son club à lui verser un rappel de prime de participation de 120.000 € outre 12.000 € à titre d'indemnité de congés payés et un rappel de prime de participation de matchs officiels de 90.000 € outre 9.000 € à titre d'indemnité de congés payés afférents ainsi qu'un rappel de salaire et une indemnité sur le fondement de l'article 700 du Code de procédure civile.

Par jugement du 4 octobre 2012, le CPH de Nantes condamne le Club nantais à lui payer les sommes suivantes :

  • 120.000 € à titre de rappel de prime de participation aux matchs officiels pour la saison 2009/2010 ;
  • 12.000 € à titre d'indemnité de congés payés avec intérêts au taux légal à compter de la date de saisine du 20 décembre 2011 et la remise des documents sociaux sous astreinte.

Le FC Nantes a régulièrement interjeté appel de cette décision et sollicité la réformation partielle du jugement entrepris en ce qu'elle a été condamnée à payer à son joueur la somme de 120.000 € outre 12.000 € à titre d'indemnité de congés payés afférents.

Pour la Cour, "et alors que l'absence d'envoi d'une copie de la proposition de réduction de salaire à la LFP n'est pas de nature à entacher la validité de la décision du club, qu'il convient de déclarer mal fondée la demande du salarié tendant à un rappel de salaire".

Le joueur s'est alors pourvu en cassation.

L'article 761 de la Charte du football professionnel…

ARTICLE 761 RELÉGATION

Pour les joueurs professionnels :

En cas de relégation en division inférieure, le club a la faculté de diminuer le montant des contrats de ses joueurs professionnels, sous réserve du respect du salaire mensuel brut minimum prévu à l’article 759 de la présente annexe.

Pour les contrats conclus avant le 1er juillet 2003 et au titre des saisons 2003/2004 et suivantes, cette diminution est égale à :

  • 20 % pour un club relégué en Ligue 2 ;
  • 15 % pour un club relégué en championnat National pour les joueurs professionnels autres que ceux sous premier contrat ;
  • 10 % pour un club relégué en championnat National pour les joueurs professionnels sous premier contrat professionnel.

Pour les contrats conclus à partir du 1er juillet 2003, en cas de relégation en division inférieure, les clubs ont la faculté de diminuer collectivement la rémunération de leurs joueurs de 20 %.

Au-delà de ce pourcentage, les clubs peuvent proposer individuellement à leurs joueurs, par écrit avant le 30 juin avec copie à la LFP (à défaut, la procédure doit être considérée comme nulle), une diminution de leur rémunération selon la grille ci-dessous :

  1. 1.30 % pour les salaires (brut mensuels) inférieurs ou égaux à 34 846 euros ;
  2. 2.40 % pour les salaires (brut mensuels) compris entre 34 847 et 52 136 euros;
  3. 3.50 % pour les salaires (brut mensuels) supérieurs à 52 137 euros.

La réponse du joueur doit intervenir dans un délai maximum de huit jours de la réception de la proposition écrite.

Il pourra :

  • Soit accepter la baisse de salaires formulée par le club en cas de relégation ;
  • Soit être libéré de son contrat au 30 juin sans indemnité s’il refuse la baisse de salaire proposée.

En cas de refus et de maintien de la relation contractuelle par accord des parties, le joueur se verra appliquer la diminution collective de 20 %.

L’absence de réponse écrite du joueur dans le délai indiqué vaut acceptation de la diminution proposée par le club.

Les dispositions de diminution de rémunération de 30 à 50 % en cas de relégation en division inférieure qui concernent les contrats conclus à partir du 1er juillet 2003 ne peuvent néanmoins conduire à une rémunération brute mensuelle inférieure à un montant de 8 694 euros brut mensuel.

En cas de remontée la saison suivante le club devra alors, par rapport aux conventions passées, rétablir les conditions de rémunérations initialement prévues.

Nécessité de l'accord exprès du joueur…

La Cour de cassation vient remettre en cause cette possibilité pour les clubs relégués de baisser la rémunération des joueurs en l'absence d'accord exprès de leur part.

Pour la Cour, "sauf disposition légale contraire, une convention collective ne peut permettre à un employeur de procéder à la modification du contrat de travail sans recueillir l'accord exprès du salarié".

Aussi, la Cour d'appel, aurait du rechercher si le joueur "avait donné son accord exprès à la réduction de rémunération décidée par le club de football". L'arrêt est donc cassé.

 

Cette décision ne semble concerner qu'une baisse de rémunération individuelle, donc de plus de 20%. Mais qu'en est-il des baisses de rémunération inférieures à 20% ? L'accord exprès du salarié est-il nécessaire ?

 

Lu 6684 fois Dernière modification le vendredi, 18 novembre 2016 22:17

Recherche juridique

derniers articles juridiques

GRILLE LISTE

Jeux Olympiques 2018 : confirmation de la suspension par le Tribunal Arbitral du Sport pour le curleur russe Aleksandr…

Fév 22, 2018
Le Comité International Olympique (CIO) et la World Curling Federation (WCF) ont formé une demande devant la Division antidopage de la Chambre ad hoc du Tribunal Arbitral du Sport (TAS), délocalisée…

Forum International du Sport - 2ème édition - Les défis du sport 2018

Fév 20, 2018
Les 21, 22 et 23 mars 2018, la 2ème édition du Forum International du Sport est organisée à Limoges, à l'Ester Technopole, pour analyser les grands enjeux du monde du sport.

Football, finance and the law - La régulation financière dans le football professionnel

Fév 16, 2018
Les 2 et 3 mars 2018, se tiendra à Liège (Belgique) une conférence sur les problématiques de régulation financière dans le football professionnel.

JO de PyeongChang : le TAS rejette l'appel des athlètes et entraîneurs russes

Fév 09, 2018
Le 1er février 2018, le Tribunal Arbitral du Sport avait annulé les sanctions prononcées par le Comité International Olympique à l'égard de 28 athlètes russes soupçonnés d'avoir bénéficié du système…

Conseil Constitutionnel : l'absence de séparation des fonctions de poursuite et de jugement de l'AFLD est contraire à…

Fév 02, 2018
Selon décision du 2 février 2018 ( n°2017-688), le Conseil Constitutionnel, saisi d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), a déclaré l'article L. 232-22 3° du Code du sport contraire à…

Jeux Olympiques d'Hiver : Ouverture de la division d'arbitrage ad hoc du Tribunal Arbitral du Sport

Jan 31, 2018
Le Tribunal Arbitral du Sport a ouvert sa division d'arbitrage ad hoc en vue des Jeux Olympiques de Pyeongchang du 9 au 25 février 2018.

6th AIAF Congress in Lausanne - Footballers' Contracts Making them & Breaking them

Jan 25, 2018
L’Association Internationale des Avocats du Football organise la sixième édition de son Congrès Annuel les 18 et 19 septembre 2018 à Lausanne (SUISSE). Le Congrès aura lieu à l'Olympic Museum.

Forum SportColl, 2ème édition, 6 - 8 février 2018

Jan 25, 2018
Le Forum SportColl aura lieu du 6 au 8 février à la Sud de France Arena à Montpellier.

SIGA Sport Integrity Forum - Rome - 30 Janvier 2018

Jan 23, 2018
La 3ème édition du SIGA Sport Integrity Forum aura lieu le 30 janvier 2018 à Rome. Le Forum traitera, entre autres, des sujets suivants : la corruption du sport, la propriété des clubs, les…

Selon la CEDH, le système de localisation des sportifs ne viole pas l'article 8 de la CESDH

Jan 18, 2018
La Cour Européenne des Droits de l'Homme estime, dans un arrêt n° 48151/11, en date du 18 janvier 2018, que l'État français, en imposant un système de localisation aux sportifs, ne viole pas…

MàJ - Conseil de l'Europe : le rapport de la député Anne BRASSEUR sur le mode de gouvernance de la FIFA

Jan 16, 2018
Madame Anne Brasseur, parlementaire européenne, a rendu un rapport relatif à la "bonne gouvernance dans le football" réalisé pour le compte de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).…

E-sport : le gouvernement délivre les premiers agréments

Jan 10, 2018
Le 5 janvier 2018, le Ministère de l'Économie et des Finances et le Secrétariat d'État chargé du Numérique ont agréé les sociétés GamersOrigin, LDLC Event et l'Olympique Lyonnais pour l'emploi de…
Contact :

15 Blvd Richard Lenoir
75011 Paris
France

Tel 33 (0)1 48 05 15 66
Fax 33 (0)1 43 57 99 18

nous contacter

 

NEWSLETTER

Suivre l'actualité juridique en droit du sport en vous abonnant à nos newsletters gratuites : 

   - "L'Avocat du sport" (version française)
   - "L'avocat du sport" (version anglaise)

 

S'Abonner

 

 

Nous avons 518 invités et aucun membre en ligne